Lucrecia (4/4)

[TW : mentions de viol, agression sexuelle, violence psychologique, homophobie, transphobie, queerphobie, polyphobie, harcèlement, attouchement, racisme]

Alors qu’on venait juste de quitter l’association, nous avons rencontré un jeune couple qui lui aussi, pour d’autres raisons, s’était distancé de ses membres. Au départ, tout était parfait. L’homme était ouvert aux thématiques LGBTQ+, au polyamour, au féminisme et au militantisme en général, là où sa copine était plus nuancée, mais tout aussi cool.

Sauf que… Au final, non. Tout à dérapé un soir après une longue et éprouvante partie de JdR où, alors qu’elle dormait dans le lit d’à côté et que j’étais collé contre mon conjoint et son-a petit-e copain-ine de l’époque, il m’a embrassé puis sucé les seins. J’ai eu une réaction de total déphasage, heureusement qu’il s’est arrêté sinon je n’aurais jamais pu le repousser. J’avais confiance en lui et il l’avait complètement brisée. On n’a jamais parlé de ce qui c’était passé ce soir là, mais je n’ai pas oublié et j’en tremble parfois. J’ai mis énormément de temps à m’en sortir après ce geste, et nos rapports n’ont plus jamais été les mêmes, j’ai préféré me réfugier dans les bras de sa conjointe.

Je me suis jeté dans la gueule du loup. C’était une femme bourrue et directe, aux personnages au RP violents et peu loquaces. Bref, c’était plutôt raccord avec son tempérament. Elle avait des prises de position très violentes, comme insulter des personnes trans ou se montrer sexiste envers toutes les personnes trop « féminines » à son goût. Au final, elle est partie d’elle-même après une énième dispute où elle m’a rabaissé et écrasé pour des prunes…

J’ai écrit tout ceci pour exorciser ce que toutes ces charmantes personnes m’ont fait subir et pour apporter un témoignage. Oui, la communauté de GN, de jeux de rôle et tout simplement geek en général a un problème. Non, je ne me tairai pas et je n’ai pas peur de clamer haut et fort comment ces personnes m’ont traité et toutes leurs violences envers les femmes et les communautés LGBTQ+. Ce n’est pas à moi d’avoir honte, mais bel et bien à elles. Et je ne compte pas m’arrêter à un témoignage, ce genre d’immondices devrait tout simplement cesser définitivement.

À tous ceux-elles qui m’ont lu jusqu’au bout, je vous souhaite un bon rétablissement. Ce fut un récit long et éprouvant et j’espère qu’il ne vous a pas trop secoué… En attendant, ne vous inquiétez pas, je vais bien et je reste forte et digne malgré ce qui m’est arrivé.

Je suis toujours debout.

Publicités