Lucrecia (2/4)

[TW : mentions de viol, agression sexuelle, violence psychologique, homophobie, transphobie, queerphobie, polyphobie, harcèlement, attouchement, racisme]

Comme expliqué précédemment, j’ai abandonné ma transition et donc au placard mon binder, mes vêtements amples, etc… J’ai donc recommencé à porter décolleté, jupe, robe… Et ça n’est pas passé inaperçu. Une des membres de l’association a commencé à me balancer dans la figure que « les robes, c’était laid, que ça servait à rien et qu’elle n’aimait pas cela » tout en me traitant avec un mépris et un dégoût manifeste. Elle s’est mise à me prendre à part lors des entraînements et de me faire sentir comme… une merde. Il n’y a pas d’autre mot. Elle me sermonnait sans arrêt, tiquait quand je parlais… Bref, l’ambiance était super agréable ! Elle crachait sur tout ce qui était « féminin » sans arrêt et j’avais l’impression qu’elle me voyait comme une sorte d’abomination manifeste. Quand j’étais homme trans, elle osait à peine s’approcher de moi, mais en tant que « femme », c’était tout le contraire. Tout pour me mettre mal à l’aise ou me rabaisser. Joie.

Un autre membre de l’association est allé trop loin avec moi. Déjà, gros carton rouge, en couple monogame exclusif avec une jeune femme timide et peu sûre d’elle, monsieur mettait en avant son « besoin de séduire ». Il disait à droite à gauche que son côté lourd, dragueur, beauf était dans son tempérament et que c’était comme ça, c’était sa façon d’interagir avec les gens. Ouais, avec les femmes surtout. Parce qu’avec les hommes, c’était normal et courtois comme interactions… Avec les membres du genre qui l’intéressait, beaucoup moins.

J’ai fait la connerie monumentale de parler cul avec lui, une fois, et là, c’était le début de la fin. Il a compris que j’étais ouverte et ce fût le florilège des blagues vaseuses, des images de cul envoyées à n’importe quelle heure, des propositions pourries « pour rire »… Le pire, c’est que tout le monde savait que c’était un gars beaucoup trop insistant avec les femmes et insupportable parce que son sujet de discussion principal, c’était le cul. Tout le temps. Sur le chat de l’association, il avait ouvert un fil spécial pour poster des photos à caractère sexuel explicite dessus. C’était sa raison de vivre, le cul. Cela n’aurait pas été problématique si monsieur ne se ramenait pas en pleine discussion entre plusieurs femmes pour parler de… la taille de nos seins. Classique. Rajoutez à cela le fait qu’il « oubliait » de faire payer les frais d’adhésion à ses potes, mais pas aux personnes queer… Et aussi la fois où il a voulu toucher mon cul pour « l’épousseter » alors que quelqu’un le faisait déjà… Bref, un gars génial !

Sinon, un de ses plus proches amis, aussi membre de l’association, m’a traité de perverse manipulatrice avec quelques autres après m’avoir embrassé de force lorsque que je lui ai avoué vouloir plus qu’un simple flirt avec lui. Ça m’a totalement refroidi, surtout qu’après il est allé dire à tout le monde… qu’on était en couple, alors que je n’avais jamais répondu positivement à sa demande d’aller plus loin après le baiser forcé. Du coup je me suis payé une réputation de « salope » et de « manipulatrice vicieuse » qui séduit les hommes pour mieux les rouler… Je ne sais pas si je dois rire ou pleurer ? Ah et ces deux personnes étaient très proches d’un autre type de l’association  qui se disait ouvertement homophobe : « C’est contre nature », « Quand je fais des câlins avec mes copains gnistes, c’est fraternel, pas comme ces pédés ».

Publicités