Marion

Dans une convention, j’ai eu la bonne idée de m’inscrire à un jeu de rôle présenté comme fun où on jouait des monstres genre loup-garou, vampire, etc.

Dès que je me suis assise à la table, j’ai senti que ça allait être terrible parce que le MJ nous servait en fait un med-fan classique fait maison. Il expliquait que c’était un jeu en cours de conception, tout ça, j’étais un peu sceptique mais j’essayais au départ de rester ouverte malgré une immersion pénible due à un manque de description et une interprétation de la plupart des PNJ au discours indirect. 

J’avais pris un personnage « magicien », une femme moitié renard qui possédait apparemment beaucoup de charisme. J’ai tiqué quand le MJ m’a dit avant de commencer :  « Vu que t’es très belle, faudra voir si les PNJ auront pas envie de te violer pendant la partie ». Je lui ai jeté un regard choqué en mode « t’es sérieux là ? », puis j’ai échangé des regards avec les deux autres femmes de la table. Le malaise était pour moi très palpable, genre gros silence et tout. Je me suis dit vu son air un peu gêné qu’il comprenait que c’était de la merde ce qu’il venait de dire.

On commence à jouer et puis tout à coup, on croise des soldats humains dans un village. Il me dit : « Jet de mental ».

Bon, je commence à prendre mes dés pour les lancer en me disant que peut être y allait avoir un truc qui allait se passer. Il m’a dit : « Non, pas pour toi. C’est moi. C’est pour voir s’ils ont envie de te violer ».

Il a jeté ses dés. On s’est regardé totalement consternées avec les autres joueuses. Gros gros silence pesant.

« C’est bon, ça passe. »

Prétextant un achat de crêpes, je me suis absentée de la table pour parler aux orgas qui ont très bien géré la situation puisque par la suite, il y a eu discussion avec le MJ et il a été éloigné de certaines tables en tant que joueur, tables qui abordaient des sujets potentiellement sensibles.

J’ai attendu la fin de la partie et je lui ai dit : « Ton jeu, il est en cours de conception encore, c’est ça ?

– Malheureusement, oui.

– Je pense que tu devrais vraiment revoir le point de règles concernant le fait de vouloir violer les personnages.

– Ha violer, c’est pas le bon mot, j’y ai été un peu fort. »

J’ai respiré profondément pour pas le pourrir car j’avais une forme de pitié pour lui que je ne saurai définir, et j’ai fui le plus vite cet homme. Mais ce qui était cool, c’est que ce jour là, j’ai reçu vraiment un gros soutien de l’organisation. Je me dis que c’est de moins en moins possible en convention de faire de la merde comme ça et je trouve ça vraiment rassurant.

Publicités