Sylvie

J’ai 43 ans et j’ai été rôliste pendant une bonne quinzaine d’années. J’ai joué à toutes sortes de JDR, du médiéval fantastique au post apocalyptique (JRTM, L5R, L’appel de Cthulhu, Cyberpunk, et j’en oublie tellement !).

Je suis tombée dedans quand j’avais 17 ans, par l’intermédiaire de mon frère aîné et j’ai été la seule membre fille de notre club pendant de nombreuses années, club qui a son âge d’or devait compter 30 membres, alors des garçons j’en ai côtoyé beaucoup. Je dois dire que je n’ai jamais souffert d’être une fille dans ce milieu de garçons mais peut être ai je eu de la chance !

Mes partenaires de jeu n’ont jamais fait preuve de sexisme, machisme et ne se sont jamais comporté comme des goujats et les liens que j’ai pu tisser avec eux ont survécu au fait que j’arrête l’activité pour des raisons professionnelles et personnelles (ben oui, quand je suis devenue maman c’est devenu plus compliqué pour moi de continuer le JDR).

Je dirais même que je me suis toujours sentie un peu chouchoutée du fait d’être la seule fille.

Attention hein, je ne veux pas dire que ça m’a valu des traitements de faveur au niveau du jeu mais ils étaient contents que je sois là, tout simplement.

Je garde de cette époque de merveilleux souvenirs de franche rigolade et d’incroyables aventures qui duraient jusqu’à l’aube. Je suis persuadée encore aujourd’hui que ces années ont largement contribué à me construire, à faire de moi la personne que je suis aujourd’hui et tout ça je le dois à mes copains de jeu, qui m’ont permis de m’épanouir, de m’exprimer, d’interpréter toutes sortes de personnages que ce soit autour d’une table ou en grandeur nature.

Je continue de les voir aujourd’hui, dans d’autres circonstances, et à chaque fois j’y prends beaucoup de plaisir. Cette expérience commune nous a permis de tisser des liens forts et indéfectibles.

Publicités