Guylène

J’ai 17 ans, nous sommes dans les années 2000, et je participe à une chouette murder party thématique « pirate », dans le parc municipal de ma petite ville de banlieue ! Je joue une jeune fille qui se travestit en garçon pour être acceptée à bord d’un bateau. Il est évident que moi (la joueuse) suis une femme, mais les joueurs jouent le jeu quand je leur annonce que je m’appelle « Bob ».

Durant toute la partie, un vieux loup de mer et moi-même complotons pour arriver à nos fins et nous enfuir d’une île avec une partie du butin. Le joueur a une trentaine d’année, je ne le connais pas mais il fait partie d’une association en laquelle j’ai toute confiance.

À un moment, nos deux personnages se retrouvent seuls, isolées, dehors dans le noir, pour parfaire notre complot et boire un coup à notre victoire imminente (à coup de jus de pomme). Il sort alors une flasque et me propose de boire quelque chose d’un peu plus fort, met son bras autour de mes épaules, et me dit tout bas « alors, c’est bon, tu peux me l’avouer que t’es une fille en fait ». Il s’ancre donc CLAIREMENT dans une situation RP (le « secret » de la féminité de mon personnage), tout en ayant un geste qui me gêne, me met mal à l’aise, m’écoeure. Je n’ose pas le repousser (« nan mais Guylène, tu vas péter l’ambiance ») et il se fait insistant, avec quelques sous-entendus graveleux à base de « montre-moi ce qu’il y a sous cette chemise » etc etc. .. (« Nan mais Guylène, il a plus d’expérience que toi en JDR, il doit juste faire du RP, et puis son personnage est un lourdaud de toute façon »). Ses mains deviennent un peu baladeuses, et je finis par m’écarter, en le rembarrant en RP.

Le jeu prend fin, le debrief a lieu, et chacun va pour prendre ses affaires et rentrer chez soi. Il vient me voir, accompagnée de sa copine (!!) et me demande mon numéro de téléphone « parce que c’était chouette tout ce plan qu’on a monté ensemble, on avait une bonne alchimie, il faudra qu’on joue ensemble encore ! ». Ce qui était vrai, si ce n’est pour l’épisode cité ci-dessus, on s’était amusé et on avait bien roulé les autres dans la farine. Je suis avec mes amis, qui ne savent pas encore ce qui s’est passé, il est avec sa copine, qui me regarde avec un grand sourire bienveillant (après tout je ne suis qu’une gamine de 17 ans), je ne veux pas créer de polémique ou de scandale… Je lui donne mon numéro.

S’en sont suivies de longues journées de drague lourdingue à bases de SMS, où j’ai fini par l’envoyer chier proprement et simplement.

Je me souviens encore avec un frisson écœuré de son souffle alcoolisé qui se rapproche de moi alors qu’il plonge le regard dans mon « décolleté » de chemise de pirate en faisant une remarque graveleuse, son bras autour de mes épaules. J’avais 17 ans, il en avait 30, je ne concevais même pas que je puisse être un objet de séduction pour lui tellement il était plus âgé, déjà en couple etc…
J’étais juste là pour jouer une pirate….

Publicités

Les commentaires sont fermés.