Eugénie

La moche

Une petite anecdote sur l’habitude qu’on a tous et toutes de l’image des personnages féminins, que ce soit en ciné, dans les séries, en BD, dans les illustrations… Cette anecdote est arrivée alors qu’on était entre gens de bonne compagnie, des gens bien, dont plusieurs particulièrement attentifs sur des questions de respect ou de féminisme. Mais des fois, ça nous échappe. À tous et toutes.

C’était une création de personnage pour la campagne Les Montagnes Hallucinées, une expédition polaire. Autant dire qu’on avait tous mis nos scores pourris en Charisme, parce qu’on pensait que ça ne servirait pas des masses en Antarctique et qu’on voulait survivre. Mon perso à moi c’était une aviatrice. Enthousiaste, douée (90 en pilotage meuf !), ne demandant qu’à faire ses preuves.

Première session, tout le monde s’est moqué de l’aviatrice en la traitant de moche. Tout le monde, c’est-à-dire moi y compris. C’était la moche, et je jouais la moche, et c’était drôle. Mais au bout d’un moment, ça a viré au malaise pour moi, sans que je sache trop l’exprimer sans péter l’ambiance, ou même dire pourquoi.

La raison m’est apparue après : pendant toute la session on a beaucoup ri aux dépens du physique de mon PJ, mais on ne passait ni à autre chose ni à un autre perso alors que je tendais des perches pour essayer de dévier les moqueries sur d’autres. Or, les six personnages-joueurs avaient le même niveau très bas en Charisme, ils étaient eux aussi très moches.

Mais j’étais la seule fille à la table, et c’était la seule femme dans le groupe de PJ.

Et elle était pas belle.

Publicités